Le guide d'intégration DISCAS

Des informations aux concepts

Page d'accueil Index du Guide d'intégration 
© DISCAS - Conception: Jacques Henry et Jocelyne Cormier.

INFORMATIONS, CONCEPTS SPÉCIFIQUES ET CONCEPTS GÉNÉRAUX

Il y a beaucoup plus d'objets de connaissance que de processus cognitifs et affectifs (habiletés et attitudes sous-jacents aux comportements décrits par les verbes des objectifs); alors que l'on peut se satisfaire de 18 processus (voir la taxonomie DISCAS), le nombre d'objets de connaissance est théoriquement infini. Même en se limitant à ce qui se trouve dans les 6000 objectifs des programmes d'études du secondaire, une taxonomie des contenus est impensable. En effet, le verbe de chaque objectif se réfère à une habileté ou attitude et à une seule; par contre, son groupe complément peut référer à des dizaines de faits, données ou concepts différents. Par exemple, dans l'objectif IDENTIFIER les éléments du processus législatif, on sait maintenant que le comportement IDENTIFIER réfère seulement à l'habileté identifier. Il en va tout autrement de les éléments du processus législatif, qui réfère entre autres à gouvernement, loi, règlement, vote, droit, adoption, proclamation ... Il ne s'agit plus de traiter 6000 éléments, mais des dizaines de milliers!

Il faut pourtant que la liste d'objets d'apprentissage généraux demeure à taille humaine et permette de conserver une vue d'ensemble du curriculum - la forêt derrière la multitude des arbres. Nous devons donc abstraire considérablement et prévoir plusieurs niveaux d'abstraction. Et tout en acceptant le caractère inévitablement relatif - et donc arbitraire - des hiérarchies, expliciter quelque peu ce qui distingue Herbivore de Système.

Au premier niveau - le plus concret -, un très grand nombre d'objets d'apprentissage sont des informations: des faits, des données, des nombres, des énoncés. Par exemple Le sous-sol de la Côte-nord est riche en minerai de fer ou L'eau bout à 100º. Il s'agit d'énoncés mémorisables, porteurs d'une information précise et qui peuvent être qualifiés de vrais ou de faux. C'est l'équivalent des propositions en logique ou des constantes en mathématique. Ces objets de connaissance sont propres à une discipline donnée. Ils concernent au premier titre les spécialistes et les enseignants de cette discipline.

Derrière ces informations se profilent non plus des énoncés, mais des idées, des abstractions que nous nommerons concepts. Par exemple, le premier énoncé du paragraphe précédent (Le sous-sol de la Côte-nord est riche en minerai de fer.) réfère à industrie minière et à ressource naturelle. Le second (L'eau bout à 100º.) réfère, quant à lui, à ébullition ou, plus généralement, à changement de phase.

Ces concepts ne sont en soi ni vrais ni faux, puisqu'ils ne véhiculent aucune information spécifique. Il s'agit d'outils pour organiser les informations. Et tout comme un marteau est fait pour planter de nombreux clous, un concept doit permettre de regrouper de nombreuses informations. Ressource naturelle, par exemple, permettra de gérer de très nombreuses informations relatives non seulement aux mines de fer de la Côte nord, mais aussi au saumon du Pacifique. Ces concepts sont l'équivalent des opérateurs en logique ou des variables en mathématique.

Tous les programmes sont porteurs de leurs propres concepts. On s'y réfère souvent sous le vocable de notions et ces notions sont particulières à tel ou tel programme. Ressource naturelle n'a guère d'application hors de la géographie et Changement de phase est un concept propre aux sciences physiques. Pour cette raison, nous les nommerons concepts spécifiques.

Mais, au-delà de ces concepts spécifiques propres à une discipline donnée, se dissimule un palier supérieur d'abstraction qui est celui qui nous intéresse véritablement. Derrière Ressource naturelle, on retrouve le concept plus englobant de Ressource, tout comme Changement de phase n'est qu'une spécification de Transformation. Ces concepts, que nous nommerons concepts généraux, articulent l'ensemble du savoir humain (ou plus exactement, pour ce qui nous concerne, les éléments du savoir humain définis comme objets d'apprentissage par les programmes d'études). Ils sont transdisciplinaires par essence et il est possible d'en retenir un nombre limité qui constituent les éléments fondamentaux d'abstraction du curriculum secondaire.

Le schéma Informations, concepts spécifiques et concepts généraux illustre cette hiérarchie dans l'abstraction.


Index du Guide d'intégration  Suite: Pourquoi enseigner des concepts?