Contrairement au hockey, où un joueur a des partenaires et des adversaires, en classe, il n'y a pas d'adversaires contre qui gagner. Le but du jeu, c'est de n'avoir que des partenaires. La vie de la classe, c'est un jeu de coopération.

Au hockey, on gagne si l'on réussit à battre l'autre équipe. En classe, on gagne si l'on réussit à former une équipe. Au hockey, chaque bon coup de l'adversaire est une mauvaise affaire pour nous. Dans une classe qui fonctionne, chaque bon coup de n'importe qui est une bonne affaire pour tout le monde. Et un mauvais coup, c'est de ne penser qu'à soi sans se préoccuper des autres.

Imaginez un boyau d'arrosage: chaque trou dans le boyau réduit la pression à l'autre bout. Si chacun fait son petit trou, plus rien ne sort à l'autre bout. On a un boyau percé. C'est parfait pour envoyer de l'eau partout; mais pour atteindre une cible, pour viser un objectif, il faudra repasser!