Le cadre pédagogique du Guide DISCAS


INTRODUCTION

Enseigner, c'est être perpétuellement confronté à une foule de contradictions. En voici quelques-unes.

La raison d'être de l'école, c'est l'apprentissage: un acte éminemment individuel que chaque élève accomplit dans le secret de son cerveau et dont nous ne pouvons voir que des manifestations bien partielles. Un acte que chaque élève accomplit individuellement, avec ses aptitudes propres, sa motivation particulière, ses intérêts, ses besoins, son style d'apprentissage. Et pourtant, cet acte individuel par essence s'accomplit, dans notre système scolaire, dans un contexte collectif (la classe). Sachant à quelles limites peut se heurter l'individualisation, l'enseignant doit s'efforcer, par des actions s'adressant la plupart du temps à un groupe, de favoriser des actes à être accomplis par des individus. Enseigner, c'est trouver un compromis acceptable entre ces deux pôles.

Le rôle de l'enseignant, c'est essentiellement d'agir comme médiateur entre l'élève et les programmes, et donc d'être un facilitateur d'apprentissage, un aide, un accompagnateur. Et pourtant, le système scolaire lui demande aussi d'être un juge et d'éclairer, sinon de prendre, des décisions sommatives. Enseigner, c'est essayer d'être à la fois un aide et un juge et de trouver, là aussi, un compromis acceptable entre les deux pôles.

L'élève se développe globalement. Dans une situation d'apprentissage réussie, il mobilise les dimensions intellectuelles, affectives, sociales et psychomotrices de sa personne. Les choses ont du sens pour lui quand l'apprentissage répond à ses besoins, qui sont, dans notre société pluraliste, parfois fort différents de ceux d'autres élèves au sein du même groupe. Et pourtant, l'apprentissage, dans notre système scolaire, doit répondre aussi aux besoins de la société. Il y a des objectifs à atteindre, des apprentissages pertinents et d'autres (peut-être aussi ou plus valables) non pertinents. Enseigner, c'est trouver un compromis acceptable entre les besoins personnels de l'élève et les besoins collectifs de la société.

Au primaire, l'enseignant généraliste enseigne la plupart des programmes du curriculum à des élèves qui, on l'a vu, apprennent globalement. Et pourtant, on n'a pas fondu tous les apprentissages dans un seul programme global du primaire: le curriculum comprend des disciplines, des programmes, un temps prescrit, des échéances, des cloisons, un ordre. On ne peut pas tout faire tout le temps et tout en même temps. Au secondaire, même si les enseignants sont habituellement des spécialistes d'une discipline, cette même dichotomie existe: la logique des matières exige que le savoir soit découpé à l'intérieur même d'une discipline et ce, en fonction des objets d'étude de cette discipline. Enseigner, c'est donc essayer de trouver un compromis acceptable entre une logique disciplinaire, qui analyse, cloisonne, met en ordre, distingue et une logique d'apprentissage, qui intègre, regroupe, synthétise et crée des liens.


Les balises pédagogiques que nous allons définir dans cette section seront donc de l'ordre du compromis, puisque c'est la réalité à laquelle sont confrontés quotidiennement les enseignants.

Il y a des modèles pédagogiques qui n'ont pas fait de compromis. Certains ont subordonné totalement les besoins de l'élève aux impératifs de la matière; les modèles traditionnel et béhavioriste ont, à des degrés plus ou moins prononcés, fait un tel choix. À l'inverse, d'autres modèles ont fait des besoins et intérêts de l'élève l'unique déterminant de l'enseignement: les modèles non directifs (organique, ouvert ou libertaire) appartiennent à ce courant pédagogique.

Ce n'est pas notre rôle, dans le contexte du présent Guide DISCAS des programmes d'études, qui se veut un instrument d'interprétation et d'appropriation des programmes, de prendre position dans les débats idéologiques sur les modèles pédagogiques à privilégier. Tout ce que nous pouvons dire, c'est que le discours pédagogique ministériel, à travers ses programmes actuels, ne choisit aucun des deux extrêmes que nous venons d'évoquer.

Ce qui est généralement demandé à l'enseignant oeuvrant dans le système scolaire québécois actuel, c'est de tenir compte à la fois des besoins de l'élève (de ses intérêts, de sa logique d'apprentissage) et des impératifs des programmes (avec leurs objectifs terminaux et leur contenu notionnel). Bref, de faire un compromis entre individualisation et uniformité, entre généralisation et spécialisation, entre séquence et spirale, entre habiletés génériques et comportements spécifiques, entre...

En somme, on demande à l'enseignant de respecter à la fois l'élève et les programmes, en humanisant le curriculum et en favorisant l'atteinte efficace des objectifs. C'est une tâche complexe, exigeante et contradictoire par essence. C'est en ayant à l'esprit cette réalité ambivalente qu'il faut aborder la présente section.

Table des matières | Section suivante
© DISCAS 1995 - Jacques Henry et Jocelyne Cormier