Le cadre pédagogique du Guide DISCAS

L'intégration des apprentissages au secondaire


NOTE: la présente section se borne à survoler une problématique qui est détaillée de façon beaucoup plus élaborée (et opérationalisée pour tous les programmes de 1re secondaire) dans une autre publication de DISCAS: le Guide d'intégration des programmes d'études. Elle en reprend, d'ailleurs, certains éléments. Le cadre d'intégration complet est disponible pour les abonnés de la Boîte à outils.


Simplifier, c'est abstraire.

Nous l'avons vu précédemment, tout objectif d'apprentissage comprend deux éléments: un verbe (qui définit un comportement, sous-tendant lui-même une habileté ou une attitude) et un contenu (qui précise l'objet du comportement et, parfois, son contexte). Prenons pour exemple l'objectif 1.5.2.2 du programme de Biologie humaine 314: A l'aide d'un thermomètre, MESURER la température corporelle. Ici, le comportement est MESURER, et nous savons maintenant, en nous référant à la taxonomie, que ce comportement relève de l'habileté à APPLIQUER. Le reste du libellé de l'objectif précise l'objet du comportement (on MESURE quoi? la température corporelle) et, dans le présent exemple, le contexte (ici, l'instrument de mesure à utiliser: à l'aide d'un thermomètre).

Dans cette vaste entreprise de traitement des objectifs que constitue le présent Guide DISCAS, nous nous sommes attardés, dans la section taxonomique, à la première partie: le verbe. La présente section présente des outils pour traiter la deuxième partie des objectifs: le contenu.

Sur le plan des habiletés, nous l'avons vu, 6 000 objectifs peuvent être regroupés en seulement 18 catégories à la condition de généraliser et d'abstraire suffisamment pour faire ressortir les habiletés ou les attitudes communes à une même catégorie de comportements. Le curriculum, on l'a vu, s'en est trouvé simplifié et un profil de compétence a pu être dégagé. En prenant du recul, on a perdu de vue un instant les 6 000 arbres, mais on a enfin eu une image de la forêt.

Tout le monde en convient: le curriculum a besoin d'être simplifié pour être rendu plus accessible et faire davantage ressortir l'essentiel. Comment s'y prendre?

Deux pièges sont à éviter tout particulièrement.

Le premier consiste à couper (du contenu, des objectifs, des modules, des programmes): cela équivaut à dire que ce qui est coupé était inutile ou superflu demandons-nous alors pourquoi ces éléments du curriculum ont été élaborés en premier lieu ou alors, on sacrifie carrément des éléments valables et les raisons invoquées pour faire tel choix plutôt que tel autre sont très difficiles à installer sur des bases rationnelles et indiscutables.

L'autre piège consiste à détailler, à multiplier les exemples et les applications pour rendre le contenu plus concret et à décortiquer les opérations. Cela rend sans doute les contenus plus accessibles, mais au prix d'une multiplication des objectifs et d'une atomisation des contenus que l'on reproche déjà aux programmes actuels.

L'expérience de la taxonomie nous indique la voie à suivre pour rendre le curriculum plus simple en évitant le double piège. Simplifier, c'est abstraire. C'est, en acceptant de perdre de la précision pour gagner en puissance, généraliser. C'est l'inverse de spécifier. C'est axer l'attention sur les traits communs aux divers objectifs plutôt que d'insister sur les traits caractéristiques de chacun. C'est à ce prix que pourra se réaliser l'intégration des apprentissages.

Le but de la présente section, c'est donc de rendre explicites les contenus essentiels des programmes d'études en tentant de dégager, derrière la multitude des notions, les quelques abstractions qui permettraient de structurer ces notions.

Table des matières | Section suivante
© DISCAS 1995 -Jacques Henry et Jocelyne Cormier